Séminaire LNPL Florence BAILLS (Universitat de Lleida) et Fabian SANTIAGO (SFL, UMR 7023)

Publié le 14 décembre 2023 Mis à jour le 4 février 2024
le 9 février 2024
14h
Campus du Mirail, Maison de la Recherche, E411

14h
Interactions prosodie-phonologie : vers une approche intégrale de l'acquisition de la prononciation en L2

 

Fabian Santiago (Structures Formelles du Langage, Université de Paris 8 et CNRS)
 

La plupart des modèles en acquisition de la phonologie d'une L2 proposent une série de prédictions sur le poids des facteurs qui facilitent/contraignent l'acquisition de la phonologie d'une L2 (le rôle de la L1, la perception auditive, la perception audio-visuelle, la qualité et la quantité de l'input, parmi d'autres facteurs). Conçus à partir de différents modèles en acquisition de L2 (post-générativistes et psycholinguistiques), les éléments prosodiques (intonation, accentuation et phrasé prosodique) et segmentaux (phonèmes) sont vus comme deux dimensions séparées. Dans cette présentation, j'illustre l'importance des interactions prosodie-phonologie dans l'acquisition de la prononciation d'une L2 à partir de plusieurs études que nous avons menées moyennant des données larges (approche par corpus). Plus particulièrement, nous discutons du rôle de la structure prosodique (Mots prosodiques, Phrases Accentuels et Syntagmes Intonatifs) dans l'acquisition des traits /±arrondie/ des voyelles antérieures en français L2. Les résultats de ces études posent les bases de nouvelles directions de recherche que nous menons actuellement à la lumière d'une approche par interactions : le rôle de la structure prosodique et les gestes manuels dans l'acquisition de certains traits contrastifs des voyelles en français langue étrangère.


15h

Entraînements prosodiques incarnés : état des lieux et avenues de recherche

Florence Baills (Universitat de Lleida)

Depuis quelques années, une communauté croissante de chercheurs s’est donné pour objectif de réaffirmer l’importance de la prononciation dans l’apprentissage des langues étrangères et de tester des activités pédagogiques innovantes basées sur la cognition incarnée, un paradigme qui considère le corps comme partie prenante des processus d’acquisition des connaissances. Plus particulièrement, il semble que travailler les aspects prosodiques de la langue cible par le biais des gestes et des mouvements présente des avantages significatifs. Dans cette présentation, je passerai en revue une série d’études et ferai le point sur ce que nous avons pu apprendre sur l’efficacité de différentes techniques incarnées pour l’apprentissage de l’intonation, du rythme, et de l’accentuation en langue étrangère, ainsi que les limites et les défis qui restent à surmonter en la matière.

Par ailleurs, la prosodie n’est pas importante pour la prononciation d’une manière isolée du reste des compétences orales, elle remplit aussi des fonctions pragmatiques telles que l’expression des actes de paroles, le marquage de la structure de l’information et du discours, ou l’expression de la politesse. De ce fait, je proposerai une réflexion sur le lien entre la prosodie et les compétences pragmatiques en langue étrangère et sur l’importance d’orienter les entraînements prosodiques incarnés vers l’acquisition de ces compétences.