Soutenance HDR A. GHIMENTON "Appréhender la socialisation langagière : perspectives sociocognitives, interactionnelles et éducatives"

Publié le 23 novembre 2022 Mis à jour le 29 novembre 2022
le 15 décembre 2022
13h30


Salle du Château, Campus de l'Université de Toulouse Jean Jaurès.
Photo AG
Photo AG

Résumé: La socialisation désigne la transformation chez un individu d’un état de novice à un état de membre expert d’un groupe social (Kulick & Schieffelin, 2004; Ochs & Schieffelin, 1984, 1995). Ce manuscrit rédigé en vue d’une habilitation à diriger des recherches pourra alors être conçu transversalement comme la mise en mots de ma propre trajectoire de socialisation en tant qu’enseignant.e et chercheur.e de l’enseignement supérieur. En effet, au fil des chapitres de ce manuscrit, je présente mes travaux de recherche et expériences d’enseignement sous cet éclairage, afin de tracer mon propre chemin parcouru jusqu’à aujourd’hui. Mes recherches se centrent essentiellement sur l’exploration de différentes facettes sous-tendant l’acquisition et la socialisation plurilingue, en portant une attention particulière sur les phénomènes de variation dans les choix de langues ainsi que sur la façon dont les enfants et les adolescent.es perçoivent et catégorisent la variation linguistique. Le langage, au cœur de ce processus de socialisation, joue un rôle fondamental, car le novice (qu’il soit adulte ou enfant) se socialise par le langage et apprend en même temps les pratiques langagières acceptées, voire valorisées, par son groupe social d’appartenance (Ochs & Schieffelin, 1984, 1995). Dès mes premiers travaux de recherche, l’adoption d’une approche interdisciplinaire m’est apparue incontournable pour mieux comprendre les spécificités de l’environnement langagier au sein duquel l’enfant acquiert les pratiques langagières perçues comme étant appropriées par les membres de sa communauté. Fédérant les cadres théoriques et méthodologiques issus de la psycholinguistique, de la sociolinguistique et de la linguistique interactionnelle, je me suis intéressée à la manière dont l’enfant se saisit du langage pour devenir un acteur social, en particulier au sein de situations de contact de langues.

Cette synthèse propose un panorama thématique des travaux que j’ai menés jusqu’à présent. En conséquence, elle n’est en aucun cas exhaustive car seuls les points les plus représentatifs de mon parcours feront l’objet d’une discussion approfondie, pour montrer la façon dont ma réflexion scientifique a évolué au fils des années. Ce travail s’articule autour de quatre parties principales. Dans la première partie, qui lie les perspectives psycholinguistique et sociolinguistique, je me concentre sur le rôle de la variation dans les processus d’acquisition et de socialisation bilingues. La deuxième partie porte sur le développement pragmatique et sur l’acquisition des pratiques bilingues en interaction, à travers l’approche de l’anthropologie linguistique. La troisième partie explore le versant perceptif de la socialisation qui me permet de discuter de la trajectoire développementale de la catégorisation de la variation linguistique par la mise en place de protocoles expérimentaux. Enfin, dans la quatrième partie, j’expose les perspectives de recherche pour les prochaines années à venir, en précisant la façon dont j’envisage de nouer mes activités de recherche et d’enseignement, deux dimensions essentielles du métier d’enseignant.e et de chercheur.e.

Anna Ghimenton est Maitre de conférence à l'Université Lumière Lyon 2 et mène ses recherches au Laboratoire Dynamique du Langage, UMR5596. Elle soutient son HDR devant un jury composé de Raphael Berthele (PR, Université de Fribourg), Jean-Pierre Chevrot (PR, Université de Grenoble Alpes), Barbara Köpke (PR, Université de Toulouse Jean Jaurès), Isabelle Léglise (DR, CNRS UMR 8202 SEDYL), Erez Levon (PR, Université de Bern) et Aliyah Morgenstern (PR, Université Sorbonne Nouvelle).